BNU

Imprimer

Agenda

Le monde fraternel d’Albert et Adolphe Matthis : Strasbourg et l’Alsace de 1890 à 1940

Entrée libre
BNU - Salle d'exposition

Catalogue de l'exposition : 152 p.,20 €

Voir l'exposition archivée

Le monde fraternel d’Albert et Adolphe Matthis : Strasbourg et l’Alsace de 1890 à 1940

5/4/2006 - 17/6/2006

 La Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg propose du 5 avril au 17 juin 2006 l’exposition Le monde fraternel d’Albert et Adolphe Matthis : Strasbourg et l’Alsace de 1890 à 1940 et nous fait revivre, à travers l’œuvre poétique de ces deux frères jumeaux, quelques décennies de vie strasbourgeoise et plus largement alsacienne.

Ces deux poètes sont aujourd’hui mal connus des non-dialectophones. Un pont enjambant l'Ill porte leur nom, une plaque est apposée sur un immeuble au Finkwiller. Or Albert (1874-1930) et Adolphe (1874-1944) Matthis ont été de brillants défenseurs de la culture alsacienne et du dialecte strasbourgeois et ont créé une œuvre d'un intérêt exceptionnel tant par la particularité de leur langue que par le témoignage nostalgique qu’ils nous donnent.

La BNU met au cœur de l’exposition les archives des Matthis qui lui ont été léguées par le professeur Albert Schlagdenhauffen. Manuscrits de poèmes, correspondances, premières impressions de leurs œuvres mais aussi nombre de leurs photographies privées ou encore des objets personnels nous font découvrir l’univers de ces artistes. Le commissaire général de l’exposition, François Petry, conservateur chargé de mission pour l'ethnologie et le patrimoine mémoriel à la DRAC Alsace, recrée les ambiances évoquées dans leur poèmes en les mettant en parallèle avec des photographies et des tableaux d’artistes contemporains. Le public peut ainsi découvrir des œuvres de Lothar von Seebach, largement représenté grâce à des prêts issus collections privées.

Les Matthis écrivent à un moment particulier, la « Belle Epoque » de l'Alsace, où règne une certaine émulation autour de l'Alsace et de l'alsacien. Strasbourg est alors le théâtre d'une effervescence littéraire et artistique considérable  qu'elle a rarement connue ; c’est aussi le temps d'une importante évolution sociale et économique. De cette époque, les frères Matthis ont été non seulement les témoins, mais encore des acteurs. L'ensemble Finkwiller-Petite-France constitue un centre de gravitation autour duquel tourne leur existence. Ils reprennent ainsi dans leurs poèmes le parler savoureux des petites gens et ont des loisirs populaires : déjà la campagne est juste au-delà des Ponts-Couverts, tout le monde canote sur l'Ill, se promène le long du canal, rejoint la Fischerinsel / l'Ile des Pêcheurs. Les liens tout particuliers que les Matthis ont tissés avec le groupe de peintres de Saint-Nicolas (Achener, Beecke, Blumer, Braunagel, Haas, Ritleng, Schneider, etc.,etc.) sont pareillement illustrés par des œuvres produites sous les yeux des poètes.

Cette exposition permet à la BNU de mettre à l’honneur sa très riche collection de documents sur l’Alsace autour de prêts de collectionneurs privés et du Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg. Elle coïncide avec la parution aux éditions Arfuyen du recueil Ziwwelbaamholz / Bois d’oignon traduit par Gaston Jung qui a reçu le prix du patrimoine Nathan Katz. Lectures, rencontres et conférence autour de la traduction ponctueront cet événement. Des visites guidées sont également proposées au public.

Share this