BNU

Imprimer

Agenda

Quand Strasbourg accueillait Calvin (1538-1541)

Une exposition conçue et présentée par la Bibliothèque nationale et universitaire en collaboration avec la Faculté de Théologie.

Entrée libre
Lundi : 14 - 18 h
Mardi - samedi : 12 - 18 h
Fermé dimanches et jours fériés

Renseignements et réservations :
03.88.25.28.00
bnu.fr / contact@bnu.fr

Visites guidées : tous les mardis à 16h30

Publication :
Catalogue de l’exposition : 216 pages, Prix 25 €

Télécharger le dossier de presse

Quand Strasbourg accueillait Calvin (1538-1541)

23/10/2009 - 12/12/2009

Le 10 juillet 1509, Jean Calvin naissait à Noyon. Pour marquer le 500e anniversaire de cette naissance, la Faculté de Théologie protestante de l’Université de Strasbourg et la Bibliothèque nationale et universitaire organisent une exposition originale, centrée sur les trois années que Calvin a passées à Strasbourg.

Expulsé de Genève en avril 1538, pour avoir tenté d’imposer sa conception de la discipline ecclésiastique (les auteurs de scandales n’étaient pas admis à la Cène) et d’assurer l’indépendance de la nouvelle Église protestante par rapport au pouvoir politique, Calvin s’était retiré à Bâle, pour vaquer à ses études. Mais Martin Bucer (1491-1551), le Réformateur de Strasbourg, qui avait reconnu tout le talent de son cadet (dès 1536, Calvin s’était fait connaître par un ouvrage, l’Institution de la religion chrétienne), parvint à le tirer de cette paisible retraite pour le faire venir à Strasbourg.

Passée définitivement dans le camp de la Réformation en 1529, la cité alsacienne, ville libre d’Empire, accueillait depuis plusieurs années des réfugiés de langue française, provenant de Metz notamment, qui étaient persécutés pour leurs convictions religieuses ; ces quelques centaines de réfugiés francophones avaient besoin d’un pasteur. Pour remplir ces fonctions de pasteur et d’enseignant, le nom de Calvin, en dépit de son jeune âge, s’imposait : à Genève, le Français s’était illustré comme un prédicateur plein de conviction et de courage ; dans ses écrits, il avait montre de son érudition, de son brio littéraire et de ses facultés de synthèse.

Arrivé à Strasbourg en septembre 1538, Calvin y restera trois ans, avant de céder aux supplications des Genevois, qui, ayant changé de gouvernants, le rappelaient avec insistance.

Pour autant, ces trois années strasbourgeoises ne constituent pas une simple parenthèse dans la carrière de celui qui, au même titre que Luther, a marqué l’Occident pour des siècles : au contact de Martin Bucer, de Jean et Jacques Sturm ou de Wolfgang Capiton, Calvin a pu développer voire infléchir sa conception de l’Église et de ses rapports avec le politique.

Chargé d’obligations moins prenantes qu’à Genève, il a pu rédiger, dans un climat serein, des écrits d’une importance capitale, comme la première version française de son Institution de la religion chrétienne (1541) : ce monument littéraire est le premier véritable traité théologique en français.

Les trois années strasbourgeoises de Calvin constituent ainsi des années capitales. Il est donc à la fois naturel et bienvenu que Strasbourg concentre son attention sur cette période décisive pour marquer le 500e anniversaire de la naissance du réformateur.

Jean Calvin, à l’époque où il quitta Strasbourg: Paul Lienhardt - Société de l’Histoire du Protestantisme français. Huile sur bois, 34 x 47 cm.Jean Calvin, à l’époque où il quitta Strasbourg: Paul Lienhardt - Société de l’Histoire du Protestantisme français. Huile sur bois, 34 x 47 cm. 
Parcours de l’exposition

Concentrée sur la période strasbourgeoise de Calvin (1538-1541), dont elle entend compléter voire renouveler la connaissance, cette exposition se fonde aussi presque exclusivement sur les trésors littéraires de Strasbourg : les quelque 130 documents présentés proviennent en majeure partie de la Bibliothèque nationale et universitaire, mais aussi des Archives de la Ville de Strasbourg et de la Médiathèque protestante. Des manuscrits côtoient ainsi des impressions rarissimes, voire uniques, du XVIe siècle.

Strasbourg au XVIe siècle : Argentoratum – Strassburg: In : Georges Braun, Franz Hogenberg, Simon Novellanus, Civitates Orbis Terrarum, Anvers et Cologne : Ph. Galle, 1572. Strasbourg, Bibliothèque Nationale et Universitaire. Iconographie alsatique. M.CARTE.10.583Strasbourg au XVIe siècle : Argentoratum – Strassburg: In : Georges Braun, Franz Hogenberg, Simon Novellanus, Civitates Orbis Terrarum, Anvers et Cologne : Ph. Galle, 1572. Strasbourg, Bibliothèque Nationale et Universitaire. Iconographie alsatique. M.CARTE.10.583
Ces documents évoquent à la fois le Calvin attaché à ses études, à la réflexion et à l’enseignement, et le Calvin homme d’action, engagé dans la vie de la Cité et dans les grands débats qui marquent son temps et attaché à promouvoir un ordre des choses marqué par les valeurs chrétiennes. Les pièces exposées ne remontent pas seulement aux années 1538-1541, mais l’exposition s’attachent aussi à suivre la genèse ou la postérité de l’oeuvre calvinienne de ces années.

 L’exposition est jalonnée de huit étapes :

1. Jean Calvin avant son arrivée à Strasbourg
2. La Réforme strasbourgeoise et la vie de Calvin à Strasbourg
3. Le grand oeuvre : l’Institution de la religion chrétienne
4. Le pasteur de l’Église des Français
5. Le professeur à la Haute École et le commentateur de la Bible
6. Jean Calvin et la division de la chrétienté
7. Jean Calvin et Strasbourg après 1541
8. Jean Calvin et ses correspondants : les lettres de la collection Sarrau

Jean Calvin, Institutio christianae religionisJean Calvin, Institutio christianae religionis
 La collection Sarrau

Les collections viennent d’être enrichies par la donation du « fonds Sarrau », liasse de quinze lettres autographes qui seront présentées pour la première au public : ces lettres, reçues par Calvin entre le 6 octobre 1541 et le 7 mars 1563, furent offertes, le 1er février 1647, par Jean Carré, pasteur à Châtellerault, à Claude Sarrau, conseiller du roi au Parlement de Paris. Elles constituent depuis un fonds indivis qu’ont précieusement conservé les descendants de Claude Sarrau. Le comte Gérald de Sarrau, dernier détenteur du fonds transmis de génération en génération à l’aîné des enfants, a décidé, en 2008, d’en faire don à la Faculté de Théologie protestante de l’Université de Strasbourg. La Faculté a accueilli ce don avec la plus grande reconnaissance et, avec l’accord du donateur, a mis ce fonds en dépôt à la Bibliothèque Nationale et Universitaire. À l’occasion du 500e anniversaire de la naissance de Calvin, l’exposition marquera la réception de ce trésor patrimonial.

Lettre de Théodore de Bèze à Jean Calvin: Blâmont, 5 octobre 1562Lettre de Théodore de Bèze à Jean Calvin: Blâmont, 5 octobre 1562

Cette exposition, de nature plutôt historique, est complétée par plusieurs tableaux contemporains conçus par Philippe François – pasteur de l’Église réformée en Alsace et en Lorraine, et docteur en théologie – et réalisés par Bernard François – peintre et plasticien : plusieurs motifs en lien avec l’exposition (Calvin et l’humanisme, le psautier de Strasbourg), mais aussi avec l’héritage théologique de Calvin (tableaux relatifs à Karl Barth, célèbre théologien réformé), montrent combien le Réformateur reste source d’inspiration non seulement dans le domaine de la littérature et de la pensée religieuse, où il s’est illustré, mais aussi dans celui de l’art, que l’on a parfois tendance à opposer au calvinisme.

 Autour de l’exposition

Protestants en fête (31.10 /02.11.2009) : 

  • vendredi 31 octobre : visites guidées sur inscription
  • ouverture exceptionnelle de 12 à 19 heures du vendredi au dimanche

Conférences :

  • 31.10.2009 à 18h : La pensée de Calvin d’après l’Institution de la religion chrétienne par Marc Vial (Faculté de Théologie protestante)
  • 25.11.2009 à 18h : Calvin et le chant des Psaumes par Beat Föllmi (Faculté de Théologie protestante)
  • 07.12.2009 à 18h : L’actualité de Calvin par Matthieu Arnold (Faculté de Théologie protestante)


Share this