BNU

L’alsatique du mois salue l’ouverture d’un nouveau musée à Strasbourg : le Musée Vodou installé dans l’ancien château d’eau de la gare de Strasbourg. 

Cette nouvelle institution alsacienne a pu être constituée à partir d’une collection ethnographique privée constituée par Marc Arbogast et dédiée aux objets vodou africains. Ce dernier l’explique dans l’avant-propos du livre Vodou : autour de la collection Arbogast, publié à l’occasion de l’ouverture du musée : inspiré à la fois par l’éthique du respect de la vie d’Albert Schweitzer et par la fascination pour Tarzan, il a nourri patiemment sa curiosité pour l’Afrique en rassemblant plusieurs centaines d’objets qui témoignent de la richesse du culte rendu aux divinités appelées vodou. Le terme de vodou (parfois écrit "vaudou", "voodoo" ou "vodoun" en fonction des régions) désigne une religion traditionnelle qui est apparue en Afrique de l’ouest, probablement vers le 17e siècle, dans la forme que nous lui connaissons aujourd’hui. Le vodou a ensuite connu une grande diffusion en Amérique et dans les Caraïbes, suivant l’itinéraire du commerce triangulaire.

L’évocation de ce livre est aussi l’occasion de mentionner la manifestation « Hémisphères vodous » qui s’achève le 10 février et qui est réalisée grâce à la collaboration entre la Faculté des arts de l'Université de Strasbourg, la Ville de Strasbourg, la Direction régionale des affaires culturelles d'Alsace, la Haute école des arts du Rhin, le TJP, la Galerie Jean-Pierre Ritsch-Fisch, la Galerie Chantal Bamberger, Les Percusssions de Strasbourg, le Centre international de rencontres artistiques, l'association Envie de Quartier et le Hall des Chars.

Vodou : la collection ArbogastVodou : la collection Arbogast

En savoir plus :

Vodou : autour de la collection Arbogast

Le musée Vodou

Share this