BNU

La BNU reçoit régulièrement des dons d’ouvrages de personnes qui souhaitent ainsi contribuer non seulement à la richesse des fonds de la bibliothèque, mais aussi à la diffusion de la connaissance sous toutes ses formes au plus grand nombre.

Alcide MaraAlcide Mara

Parmi ces multiples dons, certains sont parfois plus marquants que d’autres car ils touchent à une part d’intime et d’attachement personnel à certains lieux. Ainsi, l’écrivain Michel Louyot, auteur de nombreux romans ayant pour cadre l’Europe de l’Est ou l’Extrême Orient où il a passé une partie de sa carrière, occupant diverses fonctions : Lecteur, Attaché ou Conseiller culturel, a fait don à la BNU de plusieurs de ses œuvres mais aussi de textes signés par son fils, Pierre Louyot qui écrivait sous le nom de plume d’Alcide Mara. Un lieu que ce donateur a connu au début de ses études et de sa carrière littéraire.

Alcide MaraAlcide Mara

Dans ce fonds nouvellement entré à la BNU, on citera donc le recueil Tout n’est pas rose, d’Alcide Mara illustré de gravures de Jean-Marie Queneau. Sous la forme d’un texte qui n’est pas sans rappeler l’influence des expérimentations de l’Ouvroir de littérature potentielle (OuLiPo), chères cette fois à Raymond Queneau, l’auteur et l’illustrateur de cet ouvrage entraînent le lecteur dans un poème qui fait s’entrechoquer les mots et où on retrouve le bruit et le fracas  de la société contemporaine.

Autre ouvrage entré à la BNU grâce à ce don, les Notes d’un Oisif d’Alcide Mara éditées à titre posthume par le Collège de Pataphysique sont révélatrices de la poésie ouverte aux expérimentations littéraires qui marquent l’œuvre de l’auteur.

Les notes d un oisifLes notes d un oisif

Alcide Mara s’est donné la mort le 19 décembre 2012. Le roman, Le Chat de Mara, écrit par son père s’interroge sur les relations filiales et sur ce destin.

En savoir plus :

Tout n’est pas rose

Notes d’un Oisif

Le Chat de Mara

Share this