BNU

Imprimer

Juillet 2011 : Récit de deux ''prophètes" à Strasbourg

Le titre exact et complet de cet ouvrage imprimé, exemplaire unique au monde (unicum), est : Kurtze Erzehlung Der Wunder vor Einbrechung des Juengsten Tages, Nebst Einem Bericht von zwey Propheten aus Galilaea, Welche in Strassburg die Leute zur Busse vermahnet, und den Juengsten Tag verkuendiget / Zur Warnung aller Christen beschrieben

Son auteur demeure, jusqu'à aujourd'hui, inconnu. Le livre a été imprimé en 1734 (mention : « Gedruckt in diesem Jahr 1734 ») à Strasbourg.
Il s'agit de deux feuillets d'un format dit in-quarto (in-4°) retrouvés reliés avec d'autres oeuvres.

La page de titre présente une belle gravure sur bois où deux prophètes avec auréole, pieds nus, semblent être en conversation.

Deux prophètes à StrasbourgDeux prophètes à Strasbourg

Ce document de deux feuillets recto et verso raconte la venue de deux « prophètes » à Strasbourg en 1734 et avertit de l'approche de la fin du monde par la fusion du soleil, de la terre et de la lune. La gravure représente en fait ces deux personnages venus de Galilée dans leur costume tel que détaillé dans le texte, une robe sans couture, coiffés chacun d'une auréole, avec leurs longues barbes soyeuses. Cet événement étrange a suscité beaucoup d'inquiétude dans la ville. Rapidement toutefois, les deux hommes disparurent sans laisser de traces. Et leur prophétie ne se réalisa bien entendu pas.
Il semblerait que le magistrat de la ville les ait fait mettre aux arrêts ; des ecclésiastiques seraient alors venus les examiner afin de détecter la nature de leur mal : une maladie ? Non, une "impulsion intérieure" qui les aurait transportés de Galilée à Strasbourg, sans fatigue, presque sans pain et sans eau.

Cette prévision s'appuie en outre sur l'apparition fréquente, nous dit-on encore, d'aurores boréales (en allemand « Nordschein »), de vagabonds annonçant des peuples en fuite, sur un tremblement de terre en Italie, un autre au Chili, sur des inondations près de Francfort-sur-le-Main, sur un terrible orage et une averse de grêle à Wurzbourg, sur l'incendie de Schlettau qui détruisit 36 maisons (en Saxe)... Le niveau de décadence morale  semble avoir été atteint par le comble de la fausseté humaine, sa méchanceté, son égoïsme et - toujours d'après le rédacteur  - les hommes se comportant comme des animaux imbéciles (« wie das dumme Vieh »).

Ce texte correspond à un « canard » ou « occasionnel » publié pour l'édification des lecteurs, imprimé anonymement, sans précision aucune quant à l'éditeur.
Il se termine par quatre vers de quinze syllabes, appelant le lecteur à la pénitence.
Aucun autre exemplaire de cet opuscule n'apparaît dans aucun catalogue d'une autre bibliothèque dans le monde.

Share this