BNU

La BNU possède un magnifique manuscrit des Moralia in Hyob (Moralités tirées du Livre de Job), de Grégoire le Grand, en deux volumes. Il date de la première moitié du 12e siècle et possède de nombreuses facettes par lesquelles on peut l'aborder. Choisissons-en une : celle des éléments textuels hétérogènes qui en accroissent l'intérêt déjà énorme, si l'on pense au riche programme d'enluminures, de lettres ornées de style roman à rinceaux entrelacés qui marquent le début de chaque chapitre (il y en a 25 dans ces deux volumes) ou encore au texte lui-même de ce père de l'Eglise d'Occident (532-604), devenu pape en 590, et qui amena la conversion du roi lombard Agilulf.

EzzoliedEzzolied

Cependant, sur les vastes feuillets de parchemin de ce codex figurent deux ajouts textuels, qui utilisent en fait des versos de feuillets de fins de livres, laissés vierges par la mise en page du texte principal. Etant donné l'âge attribué à ces insertions, et naturellement la langue de ces textes, qui est le vieil haut allemand, il s'agit en fait de véritables trésors pour la linguistique germanique puisque ce sont parmi les plus anciens témoins de l'écriture de cette langue.

Le texte de Grégoire le Grand a sans doute été copié en Souabe (à une époque où le diocèse de Strasbourg dépassait ses limites actuelles pour mordre sur une partie de cette région jusqu’aux abords d’Hirsau, le « Cluny allemand »), puis emporté à Zwiefalten par Notker le Bègue, moine de Saint-Gall (840-912 env.), qui y a transcrit vers 1095 le début de l’ « Ezzolied ». Ce texte en vers est une poésie religieuse, un genre d'hymne, dont 76 vers sont copiés ici. Il existe une version plus longue mais plus tardive de ce même texte dans un manuscrit de Vorau, en Styrie. Le texte de Strasbourg a été copié d'après une version antérieure qui n'existe plus. C'est donc le plus ancien fragment connu de ce texte. Son auteur est l'abbé Ezzo, qui est nommé dans le prologue, qui n'existe que dans le manuscrit de Vorau.

EzzoliedEzzolied

Voici un extrait de la transcription publiée par Braune et Ebbinghaus dans Althochdeutsches Lesebuch :

Nv wil ih iv herron
heina war reda vor tuon
uon dem angenge
uon alem manchunne
uon dem wistuom alse manicualt
ter an dien buchin stet gezalt
uzer genesi unde uzer libro regum
tirre werlte al ze dien eron

...

 

Il s'agit d'un hymne de louange à Dieu pour la rédemption de l'homme par le sacrifice du Christ. Le point de départ de ce discours est naturellement la création du monde telle que la décrit la Genèse.

Le second texte en vieil haut allemand est le Memento mori de Notker, et c'est le seul manuscrit connu de ce texte. Il figure sur les tout derniers feuillets du premier volume.

Le manuscrit a appartenu à l'abbaye bénédictine d’Ochsenhausen dans le Wurtemberg et a été acheté en 1878 chez Beck à Nördlingen, pour 390 marks de l'époque.

 

Daniel Bornemann

 

Références bibliographiques :

Becker, Adolf. - Die deutschen Handschriften der kaiserlichen Universitäts- und Landesbibliothek zu Strassburg. - Strasbourg : Karl. J. Trübner, 1914. p. 86

Wickersheimer, Ernest. - Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Départements. Tome XLVII : Strasbourg. - Paris : Plon, 1923, p. 1

Der Ezzoleich, mit Einleitung und erklärenden Anmerkungen / hrsg. von Joh. Bapt. Krallinger. - München : J. G. Weiss, 1895

Müllenhoff, Karl ; Scherer, W. - Denkmäler deutscher Poesie und Prosa aus dem VIII-XII Jahrhundert. - Berlin, 1892

Braune, Wilhelm. - Althochdeutsches Lesebuch. - Tübingen : Niemeyer (nombreuses éditions depuis 1875, voir p. 144-151 de l'édition de 1965)

Schützeichel, Rudolf. - Das alamannische Memento mori. - Tübingen ; 1962

Schweikle, Günther, Article "Ezzo" in : Verfasserlexikon, vol. 2 (1980), p. 670-680

Mettin, W. - Die Composition des Ezzoleichs. Inaugural-Dissertation. - Halle : Buchdruckerei des Waisenhauses, 1892

Zeitschrift für deutsches Altertum und deutsche Literatur, n° XXIII (1979) , nouvelle série, XI, p. 209 et suivantes

Cote actuelle : MS.0.001-0.002

Share this