BNU

Imprimer

Les Trésors de l'année 2013

Janvier 2013 : Über das Geistige in der Kunst ou comment Kandinsky fait entrer la peinture dans une nouvelle dimension

1910. Wassily Kandinsky a 44 ans. Depuis plusieurs années déjà, il a délaissé le droit et l'économie pour se consacrer exclusivement à la peinture, sa véritable passion. Moscovite de naissance, féru de culture et de littérature allemandes, parfaitement germanophone, il s'apprête en réalité à révolutionner son art. Théorie et pratique ont toujours caractérisé sa démarche, et c'est avec un souci aigu de cohérence qu'il contribue à faire entrer la peinture dans une nouvelle dimension : l'abstraction.

Février 2013 : Un exemplaire coloré des "Commentaires" de César chez Grüninger

Les Commentaires de César jouissent d'une très grande popularité tout au long du Moyen-Age et de la Renaissance, comme en témoignent le nombre de manuscrits en circulation et les dix-huit éditions incunables imprimées entre 1469 et 1499.

Mars 2013 : Le tout premier hebdomadaire d'information

La Relation aller fürnemmen und gedenckwürdigen Historien, de Johann Carolus

Avril 2013 : D'or et de luxe : un ensemble de cartes d'Abraham Ortelius (1527-1598)

Sans doute l'énoncé des faits et de leurs causes prête-t-il à discussion dans sa trop légendaire simplicité : pour son commerce maritime, le marchand d'Anvers Aegidius Hooftman avait besoin qu'on lui fournît autant de cartes que possible dans un format plus maniable et plus sûr que le rouleau, qu'il jugeait inadapté. Abraham Ortelius, auquel la demande fut soumise, y répondit par un livre de 38 cartes couvrant l'ensemble de l'Europe. Ce recueil unique a aujourd'hui disparu, mais Ortelius sut en développer l'idée par la publication en 1570 de ce que l'Histoire a retenu comme le premier atlas1.

Mai 2013 : La Cité de Dieu de Saint Augustin, un manuscrit prestigieux

La BNU possède parmi ses 700 manuscrits médiévaux une œuvre dont la beauté plastique est exceptionnelle : le manuscrit de la Cité de Dieu, de Saint Augustin, traduite en français par Raoul de Presles. Ce manuscrit occupe deux grands volumes in-folio en parchemin, tous deux très richement enluminés. Cette œuvre exceptionnelle est sans doute le plus beau de nos manuscrits médiévaux.

Juin 2013 : Un recueil factice annoté par l'humaniste Paul Volz

C’est la mention d’un Abrégé dû à Jacobus Meyerus Balliolanus à propos de l’ancienne cité de Tolbiac, aujourd’hui Zülpich, près de Cologne en Allemagne, dans une lettre de Paul Volz à Beatus Rhenanus (écrite après le 16.01.1541) qui est à l’origine de la redécouverte de ce recueil dans le fonds précieux de la BNU :

Juillet 2013 : La bibliothèque de l’humaniste Paul Volz (2)

Les Enarrationes in psalmos d’Augustin, évêque d’Hippone

Aux 15e et 16e siècles, ainsi qu’en témoignent les catalogues des fonds patrimoniaux, les œuvres de saint Augustin, évêque d’Hippone et Père de l’Eglise latine, figuraient en bonne place dans toute bibliothèque monastique ainsi que dans les bibliothèques personnelles des humanistes, ceux qui s’intéressaient non seulement aux belles lettres mais aussi à toute littérature qui touchait aux saintes Ecritures, à commencer par les écrits des Pères de l’Eglise. La fortune de cet auteur de l’Antiquité tardive est attestée tout au long des siècles.

Août 2013 : La bibliothèque de l’humaniste Paul Volz (3)

Un cadeau de Jakob Spiegel

Les collections patrimoniales de la BNU recèlent un ouvrage qui témoigne des réseaux amicaux que les humanistes, ces hommes qui ont tant vanté les vertus de l’amitié, avaient développés au sein de la République des lettres.

Septembre 2013 : Le manuscrit des Mémoires de Valentin Jamerey-Duval

Valentin Jamerey-Duval fut un personnage célèbre au 18e et au début du 19e siècle. En effet, il compte parmi les autodidactes les plus fameux de cette époque, à tout le moins parmi les exemples les plus éclatants de réussite de personnes parties de très bas dans l'échelle sociale pour remonter, dans des conditions extrêmement difficiles, le chemin qui mène aux honneurs de l'érudition de haut vol. Il naquit en 1695 dans un village situé aux confins de la Champagne et de la Bourgogne. Cheminant dans la misère des campagnes frontalières, il est recueilli par des ermites en 1712, puis confié à la cour de Lunéville à partir de 1714. De 1718 à 1720, il étudie à Pont-à-Mousson et y obtient son baccalauréat de philosophie. Il devient bibliothécaire des ducs de Lorraine en 1723, puis, à partir de 1743, directeur (il y en avait quatre en tout) du Cabinet impérial des monnaies à la cour de Vienne sous l'empereur François 1er, jusqu'à sa mort en 1775. On pourra lire son autobiographie qui a été republiée récemment (en 1981). Les évocations des conditions de vie et de mort dans les campagnes française et lorraine à cette époque y sont saisissantes.

Octobre 2013 : Monument littéraire consacré aux mânes de l'auguste Catherine II, Impératrice de toutes les Russies

La relation entre la France et la Russie a toujours revêtu un caractère unique. L’histoire pluriséculaire exceptionnelle des liens diplomatiques, militaires et culturels qui existent entre les deux pays remonte au milieu du 11e siècle, quand la fille de Yaroslav le Sage, Anne de Kiev, devint reine de France en épousant Henri Ier. À la mort de ce dernier, c'est elle qui assura la régence et dirigea le pays. Plusieurs siècles plus tard, le point culminant du rapprochement entre la Russie et la France fut sans doute l'alliance militaro-politique bilatérale qui se constitua à la fin du 19e siècle. Édifié sur la Seine, à Paris, en 1896, le pont Alexandre III, dont la première pierre fut posée en 1896 par l'empereur Nicolas II et l'impératrice Alexandra Fiodorovna, constitua en quelque sorte le couronnement symbolique de ces liens d’amitié.

Novembre 2013 : La Chronique strasbourgeoise manuscrite de Johannes Staedel

Chronika aller Denkwürdigkeiten, Historien, Geschichten und Thaten… La Chronique strasbourgeoise manuscrite de Johannes Staedel (MS.5.464)

Décembre 2013 : Bilder aus vergangener Zeit ou la quintessence de l’œuvre de Léo Schnug

Bilder aus vergangener Zeit se compose de quarante lithographies réalisées par Léo Schnug (1878-1933) entre 1900 et 1909. La BNU en possède deux exemplaires sous les cotes M.36.528 et BH.15.738. Préfacé par le peintre et critique d’art Theodor Knorr, l'ouvrage paraît en 1909 chez Julius Manias (1866-1944). Ce n'est pas la première collaboration entre les deux hommes. Dès 1904 Schnug dessine une série de cartes postales éditées par Manias.

 
Share this