BNU

Imprimer

Septembre 2014 : Une photographie de la Kaiserliche Universitäts- und Landesbibliothek (autour de 1910)

Le fonds iconographique de la BNU compte de 13 000 à 14 000 photographies, dont plus du quart concerne l’Alsace. Beaucoup d’entre elles présentent un grand intérêt pour la connaissance de la « Neustadt » (nouvelle ville), les nouveaux quartiers de Strasbourg construits pendant la période allemande (1871-1914).

Strasbourg, Bibliothèque impériale de l’université et de la région : vue depuis la place de l’Empereur sur la bibliothèque: Tirage original d’une photo. 16,1 x 22 cm. Strasbourg : J. Manias, (entre 1911 et 1918). Cote : M.PHOT.4.157Strasbourg, Bibliothèque impériale de l’université et de la région : vue depuis la place de l’Empereur sur la bibliothèque: Tirage original d’une photo. 16,1 x 22 cm. Strasbourg : J. Manias, (entre 1911 et 1918). Cote : M.PHOT.4.157

La photo ci-dessus, prise il y a une centaine d’années depuis la Place de la République à une époque où tous les bâtiments sont achevés, montre la Kaiserliche Universitäts- und Landesbibliothek – l’actuelle BNU –, avec la statue équestre de l’empereur Guillaume Ier et, au loin, à l’autre extrémité de l’avenue impériale, le Palais universitaire (bâtiment principal de la Kaiser-Wilhelms-Universität, l’université strasbourgeoise de l’époque). On distingue également, derrière la bibliothèque, les deux flèches néogothiques de l’église Saint-Paul, église protestante de la garnison, et, sur le bord droit, l’une des tours d’angle de la Grande poste.

Tous ces bâtiments font partie de la Neustadt. La Place de la République elle-même, alors dénommée Kaiserplatz (place de l’Empereur), fut aménagée entre 1887 et 1889. La Kaiserliche Universitäts- und Landesbibliothek (Bibliothèque impériale de l’université et de la région), fondée sous cette appellation dès 1871, y fut construite par les deux architectes allemands A. Hartel et S. Neckelmann entre 1889 et 1894. Considérée comme une « chambre forte de l'université, destinée à répondre à tous les besoins spécifiques du pays1 », elle remplaça la bibliothèque du Temple-Neuf qui avait été incendiée par le bombardement prussien en août 1870.

Son style néo-renaissance, tout comme la colonnade à l’antique ornant sa façade et la riche décoration sculptée, rappellent les deux autres bâtiments construits peu avant sur la place: la Délégation d’Alsace-Lorraine (Landesausschuss – actuel Théâtre national de Strasbourg), conçue par les mêmes architectes2 et, en face, le Kaiserpalast (palais impérial, actuel Palais du Rhin), devant lequel la photo semble avoir été prise.  Autre élément architectural commun aux trois bâtiments : la coupole. Cercle surmontant le carré, c’est elle qui détermina le plan central de la bibliothèque, dont elle éclairait la grande salle de lecture. L’édifice fut inauguré en novembre 1895.

Quant au monument de l’empereur, il est situé de façon significative sur l’axe reliant le « pouvoir » –  le Kaiserpalast – et le « savoir » – la Kaiser-Wilhelms-Universität, l’université impériale, fondée en 1872 et dont le bâtiment principal fut construit entre 1879 et 1884. Cet axe, matérialisé par la Kaiser-Wilhelm-Strasse (avenue de l’Empereur Guillaume), est habilement mis en valeur sur la photo par le jeu des perspectives.

La date d’inauguration du monument permet de dater la photo au plus tôt en mai 1911. Les arbres dépouillés, tout comme les habits des deux enfants marchant bras dessus dessous dans l’angle inférieur gauche, suggèrent un hiver entre fin 1911 et début 1918. Si le monument (déboulonné fin 19183 et le fiacre ont disparu, il reste l’impact durable sur le paysage urbain strasbourgeois des constructions de la Neustadt.

Quant au photographe, il s’agit sans doute de l’un de ceux engagés par Julius Manias (1866-1944), éditeur d’art et de photographies originaire de Kehl, et dont le poinçon apparaît dans le coin inférieur gauche de la photo. Celui-ci avait créé en 1891 à Strasbourg des ateliers de reproduction photomécanique (la Graphische Kunstdruckerei) et édité des cartes postales de Strasbourg4. Mais le mystère demeure sur l’identité du photographe – à moins qu’il ne s’agisse de Manias lui-même.

Madeleine Zeller


1. Julius Euting, directeur de la bibliothèque, dans son allocution pour l’inauguration d’une autre statue du Kaiser, celle du hall d’entrée du bâtiment, en 1902, in : Strassburger Correspondenz, 22 mars 1902, p. 34. Traduction in : Klaus Nohlen, Construire une capitale. Strasbourg impérial de 1870 à 1918. Strasbourg, Publications de la Société savante d’Alsace, 1997, p. 341.

2. Autres constructions de ces deux architectes à Strasbourg, à proximité immédiate du Kaiserplatz : l’église Saint-Pierre-le-Jeune catholique et le Palais de justice. Ils s’étaient associés en 1885, mais A. Hartel décéda en 1890.

3. Cet événement est représenté sur une autre photo possédée par la bibliothèque et intitulée Strasbourg 1918 : un enterrement. Ein Begräbnis. Démolition de la statue du Kaiser, place de la République.

4. Roger Forst, Le Strasbourg disparu. La mémoire des cartes postales. 1851-1919. Strasbourg, La Nuée bleue, 2001, p. 9-10. Les clichés rapportés par ces photographes, ou collectionnés par certains d’entre eux, ont été édités par J. Manias et ses successeurs sous forme de cartes postales. La photo que nous présentons ne semble cependant pas appartenir cette collection.

Share this