BNU

La Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg est, par l'ampleur de ses collections patrimoniales, la seconde bibliothèque française, et la première dans la sphère de l'enseignement supérieur et de la recherche. Sont qualifiés de « patrimoniaux » différents ensembles documentaires :

  • les publications antérieures à 1920 : on estime leur nombre à 1,1 million de documents ;
  • les manuscrits ;
  • les fonds égyptologiques ;
  • les collections iconographiques et cartographiques ;
  • les collections de monnaies et médailles ;
  • les fonds particuliers. 

Ces collections sont exclues du prêt à domicile et leur consultation peut être soumise à des conditions particulières.

Le patrimoine documentaire de la BNU s'est constitué dès sa fondation en 1871 grâce au vaste mouvement de solidarité suscité par l'appel lancé par voie de presse, au lendemain de l'incendie des bibliothèques de Strasbourg en août 1870, par Karl August Barack et par les achats considérables réalisés par la bibliothèque.Parce que les fonds se sont constitués depuis 1871, on ne retrouve pas dans les collections de la BNU les strates historiques de l'activité culturelle et scientifique de Strasbourg et de l'Alsace, comme cela est le cas dans d'autres grandes bibliothèques. Cependant, l'effort de reconstitution d'un fonds ancien de grande envergure s'est traduit par l'acquisition non seulement de pièces isolées, mais surtour de collections entières. Un exemple significatif est l'achat dès 1871 de la bibliothèque de l'imprimeur et libraire strasbourgeois François Charles Heitz.

La BNU, ancienne Kaiserliche Universitäts- und Landesbibliothek (bibliothèque impériale universitaire et régionale), héberge en son sein les collections de documentation scientifique de l'ancienne université impériale de Strasbourg. Tous les grands domaines du savoir s'y trouvent représentés. Ces collections représentent ainsi un ensemble unique en France, qui est un véritable instantané de la recherche en Allemagne au 19e et au début du 20e siècle, âge d'or scientifique. Par le hasard des destructions liées aux conflits du 20e siècle, de nombreuses pièces de ces collections allemandes ne se trouvent aujourd'hui plus qu'à Strasbourg.

Les collections patrimoniales de la BNU s'enrichissent chaque année par des achats, des dons ou des dépôts de documents ou de collections entières. La politique d'acquisition patrimoniale s'articule autour de  quatre axes principaux :

  • l'acquisition rétrospective de documents en lien directs avec l'Alsace : manuscrits alsaciens, livres publiés en Alsace (y compris des incunables), affiches d'évènements survenus en Alsace, portraits de personnalités alsaciennes, etc. ;
  • la sauvegarde du patrimoine alsacien de demain : manuscrits d'auteurs alsaciens contemporains, livres d'artistes ;
  • l'enrichissement de fonds historiques existants, de manière plus ponctuelle ;
  • l'enrichissement des domaines d'excellence de la BNU.

Les papyrus

La collection de documents antiques, dont le principal ensemble est constitué de papyrus, mais qui compte un très grand nombre d'autres supports, a été constituée à partir de 1899 à l'initiative de deux professeurs de l'Université de Strasbourg : Wilhelm Spiegelberg et Richard Reitzenstein. Elle s'est ensuite développée au sein du Deutsches papyrus-Kartell, dont la bibliothèque a été le gestionnaire de 1912 à 1914. La Première Guerre mondiale a mis un terme quasi définitif à l'accroissement de la collection.

Les ostraca

Parallèlement aux riches fonds de papyrus, la BNU abrite également des collections de documents antiques sur d'autres supports. Il s'agit tout d'abord d'une très importante collection d'ostraca, qui compte 4958 documents écrits sur des fragments de terre cuite, mais aussi sur pierre calcaire, ou encore sur os. Cette collection est classée par langues ou écritures :

L'Egyptologie

La présence d'un Institut d'égyptologie dans l'Université de Strasbourg impliqua dès l'origine de la BNU la constitution d'une collection égyptologique. Outre la participation, et même la gestion du Deutsches Papyrus-Kartell, les conservateurs ont acquis des fonds documentaires importants en égyptologie et ont participé aux recherches des universitaires. Les fonds papyrologiques conservées à la BNU en sont le témoignage le plus éloquent.

Les manuscrits

La BNU possède une collection de manuscrits d'environ 6900 documents, collection reconstituée après le désastre de 1870, qui vit périr l'un des plus célèbres manuscrits alsaciens, le Hortus deliciarum d'Herrade de Landsberg. Cette perte ne pourra bien entendu jamais être compensée mais elle a toutefois été à l'origine de la venue à Strasbourg de fonds de manuscrits du plus haut intérêt, qui forment aujourd'hui le cœur de ses collections précieuses. Certains manuscrits jouissent d'une notoriété certaine, comme l'Exemplar de l'autobiographie mystique du moine Henri Suso (14e siècle), ou ces calques de l'Hortus deliciarum réalisés avant l'incendie par divers érudits et qui permettent d'imaginer ce trésor disparu. Environ 700 manuscrits appartiennent à la période médiévale.

Les incunables

Strasbourg est une des cités qui ont vu naître l'imprimerie. Gutenberg vécut entre ses murs lorsqu'il travaillait à soninvention. Strasbourg fut au 15e siècle une des premières villes où furent imprimés des livres. La BNU peut témoigner de cette énergie mise au service de la diffusion du savoir par sa collection d'environ 2 098 incunables, collection qui continue à s'enrichir au rythme des possibilités d'achats ou des dépôts. Le catalogue de cette collection est paru en 1998 auprès du Centre d'études supérieures de la Renaissance, et constitue les volumes XIII, 1-2 des Catalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France. Son auteur est Françoise Zehnacker.

Imprimés alsaciens du 16e siècle

Depuis son origine, la bibliothèque s'est assignée la tâche de tenter de reconstituer une collection complète des ouvrages qui ont été imprimés en Alsace. Les incunables d'une part, les ouvrages du 16e siècle d'autre part, et bien entendu toute la production ultérieure d'alsatiques. Les ouvrages du 16e siècle alsacien sont conservés dans une réserve, sous la cote R. En 1937, le bibliographe François Ritter a publié un premier catalogue intitulé Répertoire bibliographique des livres imprimés en Alsace aux 15e et 16e siècles. La première partie concerne les incunables alors connus.

L'iconographie

Les collections iconographiques de la BNU sont importantes et diverses. Il faut distinguer deux grands ensembles : le fonds général et le fonds alsacien. Le fonds général est composé d'un ensemble de 25 000 portraits de personnages illustres de l'Europe entière, ainsi que de grands ensembles photographiques (comme la collection de 22 000 cartes postales françaises de l'abbé Ottmann, reçue en 2007 ou la collection de dessins et de gravures concernant la ville de Nuremberg).

La numismatique

A l'origine, il n'était pas prévu qu'une collection numismatique soit créée au sein de la bibliothèque impériale. La mise en vente de la très riche collection d'un Colmarien a décidé de sa création en 1873. Au tout début du siècle, la Ville de Strasbourg, propriétaire d'une importante collection, a déposé sa collection riche de 14 000 unités. Le tout forme actuellement une collection de 39 000 monnaies, médailles et autres objets monétiformes, qui constitue le Cabinet numismatique de la BNU.

Les archives de la famille de Turckheim

Le fonds de la famille de Turckheim est un dépôt, qui a été versé à partir de 1998 par Francis de Turckheim. Il se compose des archives familiales, administratives et professionnelles des divers membres de la famille depuis le 16e siècle, ainsi que celles de certaines familles ou personnalités liées à cette famille : les Hennenberg, Brunck, Schoenemann, De Dietrich.
Le fonds se compose d'environ 29 000 documents d'archives et de 307 ouvrages imprimés de type livre.

La collection d'Arthur de Gobineau

Le fonds Gobineau a été acquis par la bibliothèque lors de sa mise en vente qui eut lieu en 1903. L'oeuvre littéraire d'Arthur de Gobineau (1816-1882), ainsi que de nombreux éléments de son mobilier, de ses collections orientalistes et de ses oeuvres d'art a été orienté vers la bibliothèque impériale et universitaire de Strasbourg par un professeur de Fribourg-en-Brisgau : Ludwig Schemann, responsable de la Gobineau-Vereinigung depuis 1889.

Charles Oulmont

Charles Oulmont (1883-1984) est né à Mulhouse. Il fut professeur à la Sorbonne, musicien, critique et historien de l'art, collectionneur et auteur d'oeuvres littéraires et théâtrales. Ses goûts artistiques allaient vers le 18e siècle, et il s'est intéressé plus particulièrement aux créateurs de mobilier.

Bibliographie

Les fonds anciens

Allioux, P.-H., Fréchet, G., Littler, G. Martinez, M. Strasbourg – Bibliothèque Nationale et Universitaire. In : Patrimoine des bibliothèques de France, Alsace – Franche-Comté, vol. 4. Paris, 1995, p. 158-179. (Tiré à part en vente à la BNU).

Le fonds égyptologique du Chanoine Drioton

Le fonds Drioton a été acquis par la BNU en 1961 avec la somme touchée au titre des dommages de guerre pour la Seconde Guerre mondiale. Etienne Drioton (1889-1961) a été directeur général du Service des antiquités de l’Egypte (1936-1952), puis professeur au Collège de France (1957-1961). Les ouvrages de sa collection sont conservés en salle Joffre et ont été catalogués sur fiches dans les années 1965-70.

La cartographie

A son origine, la bibliothèque se chargeait des collections cartographiques générales, utiles aux travaux géographiques des universitaires. Mais actuellement, c'est aux cartes de l'Alsace, des origines à nos jours, que sont consacrés tous ses efforts. Le fonds général compte 40 000 unités et ne s'accroit plus actuellement, sauf par l'achat d'atlas généraux ou d'ouvrages d'histoire de la cartographie. Le fonds alsatique compte environ 4000 unités, dont les plus anciennes datent du 16e siècle.

Les dernières acquisitions patrimoniales

Aux côtés des acquisitions courantes contemporaines, la BNU acquiert quelques documents patrimoniaux permettant de compléter ses fonds en répondant à ses missions : l'Alsace et l'imprimé alsacien du 16e siècle à nos jours, iconographie-cartographie, questions européennes, etc. Nous vous présentons ici quelques unes de nos dernières acquisitions les plus remarquables.

Les documents cunéiformes

Définition
L'écriture cunéiforme est un système graphique né au Proche-Orient ancien, vers 3500 avant Jésus-Christ

 
Share this