Bagages d’artistes, carnets de notes, carnets de références, musées de papier

Art
Publié le

Du 23 mars au 30 avril, une exposition propose d'entrer dans le laboratoire des artistes, leurs musées intimes, esquissés sur des carnets de croquis ou de notes, dont sont sorties leurs oeuvres.

LIEU

Bibliothèque nationale et universitaire

6 place de la République | 67000 Strasbourg

Trams B-C-E-F arrêt République

Salle d'exposition (1er étage)

HORAIRES

Du 23 mars au 30 avril 2022

Horaires 

lundi > samedi 13:00>19:00 | dimanche 14:00>19:00


Fermé du 15 au 18 avril

INFOS PRATIQUES

Gratuit | entrée libre

Exposition à la Bnu, salle d’exposition (1er étage) du 23 mars au 30 avril 2022, entrée libre et gratuite.
 


Visites commentées sur inscription :

Inscription


Commissariat : Cette exposition est l’aboutissement d’un travail de recherche menée par des étudiants du master d’histoire de l’art de l’université de Strasbourg dans le cadre d’un séminaire animé par Denise Borlée et Hervé Doucet, en collaboration avec Gwenaël Citerin et Catherine Soulé-Sandic (Bnu).

Ouvrir le carnet d’un artiste, c’est entrer dans un laboratoire. Des ébauches, des descriptions ou des impressions côtoient le souvenir d’œuvres admirées ou de choses vues, qui serviront de modèles. Toutes les techniques sont sollicitées : textes, dessins, photographies, documents divers collés sur la page… Dans le désordre apparent de ce musée intime, révélateur de son bagage culturel, l’artiste puisera pour nourrir l’œuvre à venir.


Dans le prolongement du colloque international Carnets de notes, carnets de références, musées de papier organisé à la Bnu du 23 au 25 mars 2022 en partenariat avec l’UR Arche de l’université de Strasbourg, une sélection de carnets d’artistes issus de collections strasbourgeoises permettra d’appréhender le processus de création chez des personnalités aussi diverses que Camille Claus, Carl Haller von Hallerstein, Edouard Schimpf et d’autres.


Commissariat :
Cette exposition est l’aboutissement d’un travail de recherche menée par des étudiants du master d’histoire de l’art de l’université de Strasbourg dans le cadre d’un séminaire animé par Denise Borlée et Hervé Doucet, en collaboration avec Gwenaël Citerin et Catherine Soulé-Sandic (Bnu).