Samouraïs, guerriers et esthètes

Art
Publié le

L'exposition Samouraïs, guerriers et esthètes est l'occasion d'explorer l'univers des samouraïs, au-delà des clichés et à travers ce que nous en raconte un objet décoratif qui leur est propre : la garde de sabre ou tsuba

LIEU

Bibliothèque nationale et universitaire

6 place de la République | 67000 Strasbourg

Trams B-C-E-F arrêt République

Salle d'exposition (1er étage)

HORAIRES

Du lundi au samedi 10:00>19:00

Dimanche 14:00>19:00


Fermé du 15 au 18 avril, les 1er, 8 et 26 mai, le 6 juin et les 3 et 10 juillet

INFOS PRATIQUES

Gratuit | entrée libre

Visites commentées sur réservation (3€ / personne) les mercredis à 17h et samedis à 11h

Réserver

Visites pour les groupes et les établissements scolaires sur rendez-vous : salle-expo@bnu.fr

Parcours pour enfants dans l'exposition


Commissariat : Patrick Liebermann, Emmanuel Marine et Delphine Mulard, assistés par Agathe Jacquemin

Production : Bibliothèque nationale et universitaire, en partenariat avec l'Université de Strasbourg

Exposition sous le patronage du Consulat général du Japon à Strasbourg

Des samouraïs, on retient souvent l’image qu’en ont fixée les films de sabre et les récits légendaires : des guerriers au courage et à la morale exemplaires, fidèles à leur devoir jusqu’à une mort qu’ils méprisent. Du 10e siècle, époque de leur émergence, à leur disparition à la fin du 19e siècle, les samouraïs, chevaleresques chevaliers du Japon, auraient ainsi été des figures immuables perpétuant un même code d’honneur immémorial, le bushidō.

La réalité historique est, bien entendu, très différente de cette image simpliste, forgée en grande partie au moment du nationalisme militariste du début du 20e siècle et alimentée par certaines fascinations occidentales. Au fil des siècles, le guerrier a vu son armement et sa manière de combattre profondément évoluer, bien sûr, mais aussi son rôle social et sa culture. Le cavalier des débuts, qui suivait la "Voie de l’arc et des flèches" et que la cour impériale utilisait tout en réprouvant sa grossièreté, est devenu un être raffiné, urbain, pratiquant les armes comme un art et les arts comme une recherche de distinction.

Cette exposition, fondée sur une collection privée promise en don à la Bibliothèque nationale et universitaire, est l’occasion de découvrir plus précisément cette culture des samouraïs, à travers ce que nous en raconte un objet décoratif qui leur est propre : la garde de sabre ou tsuba. Cet objet est une particularité du sabre japonais car, contrairement aux armes occidentales, son montage sur la lame du sabre était amovible et le propriétaire pouvait donc le remplacer au gré de ses besoins. Il est donc devenu, à partir du 15e siècle, un objet de décoration et, dans l’Occident qui, après 1853, découvrit le Japon, un objet de collection au même titre que les estampes ou les céramiques.

Avec une incroyable diversité, cet objet raconte la culture d’un samouraï qu’on découvre épris de théâtre autant que d’affaires militaires, observateur de la nature et de la société qui l’entourent. Prouesse de métallurgie à l’inventivité sans pareille, multipliant les références à l’histoire, à la littérature, aux religions, aux arts, le tsuba est une "véritable encyclopédie du Japon".

Visiter l'exposition avec une classe, c'est possible !

L'expo Samouraïs, guerriers et esthètes permet d'explorer plusieurs aspects des programmes pédagogiques : en histoire et géographie bien sûr, mais aussi en histoire des arts, en arts plastiques, en français (sur la photo, une séance consacrée à une comparaison entre chevalerie et samouraïs avec des 5e) ou encore en langues.

Lycées, collèges, élémentaires ou maternelles : les chargées de médiation adaptent la visite au niveau et au projet pédagogique.

Séances possibles tous les jours jusqu'à la fin de l'année scolaire en prenant rendez-vous à l'adresse : salle-expo@bnu.fr

DOSSIER DE PRESENTATION DE L'EXPOSITION

Programme des événements autour de l'exposition