Dissidences d’Europe de l’Est en exil en France (1945-1991) | Collecte d’archives, de documents, de souvenirs

Les actualités à la Bnu
Publié le

La collecte

Pendant la période de la Guerre froide, la France a été un lieu d’accueil central pour des intellectuels, savants et artistes, militants politiques et syndicaux, exilés de l’Union soviétique et des pays socialistes européens. Cette émigration intellectuelle et politique a produit un important patrimoine documentaire qui s’est inscrit dans un système clandestin de circulation d’écrits (le samizdat).

Plus de trente ans après la disparition du Rideau de fer, une opération de référencement et de valorisation de l’ensemble des documents produits est lancée à l’échelle nationale.

Intitulé DISSINVENT (DISSidences de l’Est en exil : INVentaire, histoires, pratiques documentaires), ce projet, porté par la Contemporaine, bibliothèque, archives, musée des mondes contemporains (Paris) a pour objectif d’inventorier, de rendre visibles et de valoriser nationalement et internationalement ces écrits.

Dans ce cadre, la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg lance un appel à toutes personnes qui seraient en possession de documents ou qui auraient des informations à fournir sur l’existence d’archives issues de dissidents exilés venus de l’ex bloc de l’Est installés en Alsace.

Mode d'emploi

1. Comment participer ?

Du 5 avril au 31 décembre 2021, vous êtes invités à proposer vos documents issus de collections privées situées en France, créés par les dissidents et exilés venus d’URSS et des pays d’Europe centrale et de l’Est socialistes (écrivains, artistes, scientifiques, professeurs, éditeurs, syndicalistes…).

Vos propositions sont à soumettre aux référents de la collecte :

  • Dimitry Kudryashov, responsable scientifique des collections d’Europe médiane et orientale
    dmitry.kudryashov@bnu.fr - 03 88 25 39 25

  • Jérôme Schweitzer, directeur du pôle Partage, diffusion et réseaux
     jerome.schweitzer@bnu.fr -  03 88 25 39 24

 

2. Quels documents puis-je apporter ?

Toutes archives qu’elles soient personnelles, associatives, syndicales, institutionnelles, universitaires ou encore culturelles. Sur tous supports : revues, tracts, affiches, brochures, programmes, photos, documents audiovisuels, manuscrits, objets, dessins, estampes... Dans tous les cas, vous ne pouvez proposer que des documents dont vous êtes  propriétaires et accepter le principe de leur libre diffusion. 

Pour chaque proposition, un rendez-vous avec le responsable de la collecte sera  organisé afin de déterminer les pièces qui alimenteront la collecte.

A titre d’exemple, un  premier  don  remarquable  a  été  consenti par  Philippe   Lewandowski,  ancien  membre  du  comité  strasbourgeois  de  soutien  à   Solidarność. Il  se  compose  de  manuscrit  sur  tissus,  de  publications  clandestines   de  dissidents  polonais,  de  collections  complètes  de  périodiques  de  soutien  publiés en France, de photos, de tracts, d’affiches.

 

3. Que deviennent les documents collectés ?

Les documents collectés seront versés dans un vaste corpus patrimonial à destination des chercheurs. Ils seront rendus visibles nationalement et internationalement grâce à un programme de numérisation.

Cette collecte peut être réalisée de plusieurs manières :

  • Un don contractuel des originaux. La Bnu prendra en charge la numérisation et la diffusion dans le cadre du projet DISSINVENT des documents et les intégrera dans ses collections.

  • Un dépôt temporaire des originaux. La Bnu prendra en charge la numérisation et la diffusion dans le cadre du projet DISSINVENT des document. Les originaux seront ensuite restitués à leur propriétaire.

Un accord signé précisera les conditions de diffusion en ligne des documents et leur mise à disposition de tous les publics. Une mention de source précisera la provenance de chaque document.

4. Quels sont nos partenaires ?

Porté conjointement par La Contemporaine et le Laboratoire ICT (Identités, cultures, territoires, EA 337 - Université de Paris), DISSINVENT est un projet soutenu par CollEx-Persée.

Bibliothèques et centres de recherche partenaires :