(année de publication)

La Revue de la Bnu n°23

Comme Shakespeare, Cervantes ou Goethe, Dante incarne, d’une certaine façon, la culture européenne, celle de figures imaginaires que tout le monde connaît et s'est appropriées. Mais qui est vraiment cet auteur mort il y a exactement 700 ans, en plein Moyen-Âge, et surtout, qu’a-t-il écrit au juste ?
À cette question, La Revue de la BNU répond avec un cahier central où chaque œuvre du poète est expliquée en quatre pages, tandis que la vie de l’écrivain est restituée dans son contexte et que son influence, aux 19e et 20e siècles surtout, est rappelée en textes et en images.

D'ailleurs, sait-on que la Bnu abrite un des grands fonds dantesques d'Europe ? 

Présentation

Description

La Revue de la Bnu n°23 - Dante 1321 - 2021

Il y a sept cents ans donc, en 1321, Dante Alighieri mourait à Ravenne, laissant une œuvre considérable qui a marqué l’histoire de la littérature et de la pensée. Une histoire dont Strasbourg conserve les traces, car c’est à la Bibliothèque nationale et universitaire qu’un des plus importants interprètes du poète, Karl Witte, a confié sa vaste collection de manuscrits anciens, de lettres, de travaux critiques qui ont contribué à forger la renommée de Dante au 19e siècle. Avant 1800, en effet, le poète florentin n’avait pas si bonne presse : le monde merveilleux et sacré de sa Comédie, l’exubérance de sa langue poétique, l’intransigeance de ses vues politiques s’accordaient mal avec l’ordre froid du classicisme. Les romantiques ont redécouvert son œuvre et l’ont transformée : le poète médiéval est devenu un guide politique, un pionnier de la langue italienne, un génie inspiré. C’est cette redécouverte de Dante, dont Strasbourg garde trace, que ce numéro de La Revue de la BNU entend explorer, pour rendre hommage au poète dont on célèbre cette année, en Italie et dans le monde, l’anniversaire de la mort.

Ce numéro est soutenu par l'Institut universitaire de France / Université de Strasbourg, L'Université Ca'Foscari de Venise (Dipartimento du Studi Umanistici) et l'Istituto italiano di Cultura de Strasbourg.

 
Nombre de pages : 130
 
Prix : 19 euros
 
ISBN
9782859230869
Année de publication

En quelques mots

Il s’agit d’abord de découvrir la riche collection dantesque conservée à la Bnu : éditions précieuses, lettres personnelles de Witte, notes de travail et objets qu’il collectionnait. Une seconde section est consacrée à l’œuvre du poète florentin. Après un rappel de l’histoire de sa ville au 14e siècle, avec ses luttes intestines et les raisons qui ont acculé Dante à l’exil, voici les œuvres elles-mêmes : la Comédie, chant vieux de sept cents ans, mais qui a plus que jamais le pouvoir de nous toucher et de nous émouvoir ; la poésie amoureuse, qui célèbre l’amour pour Béatrice dans un des premiers recueils personnels, la Vita nova ; les lettres latines de Dante qui furent, pour la plupart, découvertes par Witte ; sa pratique d’une forme imitée de l’Antiquité, l’églogue. Ce grand écrivain a aussi contribué par des écrits essentiels aux débats politiques et idéologiques de son temps, comme on le voit avec le projet original qu’il défend dans sa Monarchie. N’oublions ni l’illustration de la pratique de la langue vernaculaire dans le De vulgari eloquentia, ni la pensée philosophique qu’il élabore dans le Convivio en transformant ses propres poèmes en source de savoir.

La troisième section de la revue est consacrée à l’importance que Dante acquiert à partir du 19e siècle : influence sur la peinture et le théâtre, usage qui est fait, au moment de l’éveil des sentiments nationaux, de la pensée politique du poète – ce poète dont l’œuvre ne cesse d’interroger la philosophie, alors que sa présence hante l’espace public : de Montréal à Moscou, de 1865 à nos jours, des monuments sont érigés en son honneur. Un portfolio enfin réunit les plus beaux portraits de Dante conservés à la BNU. Autant de regards qui disent, chacun à leur manière, ce que signifie, au 21e siècle, un héritage dantesque.