L'INSTITUTION

Publié le

Établissement unique et original dans l’enseignement supérieur et de de la recherche, la Bibliothèque nationale et universitaire affirme une triple vocation : bibliothèque académique de référence pour le site alsacien et au-delà ; opérateur de l’Etat pour le déploiement d’un réseau documentaire d’excellence ; institution culturelle œuvrant à l’accessibilité du patrimoine et à la diffusion des savoirs.

Un bâtiment emblématique, une histoire unique, un patrimoine exceptionnel… 

Fondée le 9 août 1871 et installée dans ses murs actuels en 1895, la KULBS (Kaiserlische Universitäts- und Landesbibliothek zu Strassburg) devient la Bnu (Bibliothèque nationale et universitaire) en 1926 par un décret qui lui confère son statut unique d’établissement public national à caractère administratif (EPNA), sous tutelle directe du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Dans cet écrin historique, au cœur du quartier classé de la Neustadt, la rénovation intérieure, moderne et lumineuse, tranche avec les façades extérieures ornées des figures tutélaires d’écrivains, de poètes, de philosophes et de scientifiques européens. Contraste architectural assumé qui révèle la vraie nature de la Bnu : une bibliothèque moderne, innovante, ouverte sur la cité et sur l’Europe, à la recherche de l’excellence au service de tous. 

La Bnu est aujourd’hui une bibliothèque de recherche de référence, pluridisciplinaire dans le champ des sciences humaines et sociales, disposant de collections uniques. C’est également un lieu culturel incontournable.
 

Une bibliothèque en mouvement !

Ses missions, multiples, ont toutes pour finalité de servir les citoyens d’aujourd’hui et de demain :

  • acquérir, conserver, valoriser et rendre accessibles des collections ; 

  • servir la recherche, diffuser les savoirs et nourrir le débat ; 

  • être actrice de la vie sociale et culturelle ; 

  • développer et mettre à disposition des services et des outils pour accompagner la réussite des étudiants ;

  • faciliter la participation de tous à la vie citoyenne.
     

Une équipe au service d’un projet

La richesse de la Bnu repose autant sur son patrimoine que sur la diversité des femmes et des hommes qui composent son équipe : bibliothécaires bien sûr, mais aussi techniciens, restaurateurs, photographes et opérateurs de numérisation, ingénieurs, informaticiens, gestionnaires de projets, communicants, personnels administratifs, etc. Autant de compétences, associées à des connaissances linguistiques extrêmement variées, sans lesquelles l’établissement ne pourrait remplir ses missions ni développer de nouveaux services.

La bibliothèque ne travaille pas seule à la poursuite de cet ambitieux dessein. Fortement ancrée dans son territoire local, elle est liée par une convention d’association à l’Université de Strasbourg et membre du site universitaire alsacien regroupant l’Université de Strasbourg, l’ENGEES, l’ENSAS, la HEAR, l’INSA et l’Université de Haute-Alsace. Par ailleurs, elle est un partenaire naturel de la Région Grand Est, de la ville et de l’Eurométropole de Strasbourg, notamment dans le champ de la coopération culturelle.

Au niveau national, elle est dépositaire du dépôt légal imprimeur pour l’Alsace par délégation de la BnF et porteuse du GIS CollEx-Persée

Enfin, elle est active au niveau international, dans le cadre d’EUCOR-Le Campus européen, de l’association Bibliotheca Baltica ou encore des partenariats multiples qu’elle développe avec des bibliothèques allemandes, nordiques ou d’Europe orientale. Dépositaire de la bibliothèque du Conseil de l’Europe, elle travaille également de plus en plus étroitement avec le Parlement avec lequel elle a conventionné en 2019.

organisation

L'Administrateur

La Bibliothèque nationale et universitaire est dirigée par un Administrateur nommé par le ministre chargé de l'enseignement supérieur.
Avec l'appui du Conseil d'administration, l'Administrateur définit la politique de l'établissement ainsi que le budget.

Depuis 2016, Alain Colas, conservateur général, en est l'Administrateur. 
 

Le Conseil d'administration

Le Conseil d’administration de la Bnu est composé de 29 membres ayant voix délibérative, (décret n°92-45 modifié, article 8). Il est présidé par N. (renouvellement en cours). 

Le Conseil scientifique

Avec le décret n° 92-45, et notamment ses articles 3 et 13, et au vu de la délibération du Conseil d'administration de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg en date du 25 novembre 2011, il est créé un conseil scientifique de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, instance consultative destinée à éclairer les choix et les décisions relatives à la politique scientifique de l'établissement. Il est présidé par Mme Isabel Iribarren.

La politique scientifique

La politique scientifique de la Bnu s’appuie sur son riche patrimoine, ancien, moderne et contemporain, qu’il s’agit de valoriser et qui constitue, pour les chercheurs du monde entier, un matériau de recherche inestimable (des premiers documents cunéiformes à la documentation nativement numérique, en passant par des manuscrits et imprimés de tous pays et de toutes époques). La politique scientifique est, en ce sens, étroitement liée à l’action internationale de la bibliothèque, et aux partenariats que celle-ci est amenée à conclure avec des établissements aux préoccupations similaires.

Cette valorisation s’appuie sur la présence dans l’organigramme de l’établissement d’une délégation à la politique scientifique et aux relations internationales, qui anime un comité interne pour la politique scientifique. Ce dernier prépare les décisions à soumettre au Conseil scientifique de la bibliothèque, instance dont la composition a été renouvelée en 2018 pour agir au plus près du monde de la recherche. Le Conseil priorise projets et actions, ainsi que le traitement des fonds en instance. Son action s’inscrit dans le cadre de la charte de la politique scientifique de la Bnu.
Le Conseil scientifique nomme aussi le comité scientifique de La Revue de la Bnu, laquelle constitue, avec le blog Lieu de recherche, la vitrine de l’action de l’établissement dans ce domaine. 
Au niveau du site universitaire alsacien enfin, la coordination des actions de valorisation des fonds, notamment par le biais des humanités numériques, est assurée au sein d’une instance créée par la Bnu et l’Université de Strasbourg, le groupement d’intérêt scientifique intitulé « GIS Corpus ».

Délégué à l'action scientifique : Christophe Didier.

RELATIONS INTERNATIONALES 

L'histoire de sa création, la nature même de ses collections ont participé sensiblement au dynamisme de la Bnu dans le domaine des relations internationales. Sa situation actuelle dans la capitale de l’Europe et au sein d’une région marquée par les problématiques transfrontalières renforce encore cette vocation.

Aujourd'hui, la Bnu est engagée dans des partenariats et des réseaux à l'international, permettant la mise en place de projets scientifiques et culturels ambitieux autour de ses collections, de leur valorisation et de leur accès. L’action internationale de la bibliothèque repose sur les piliers suivants :


La participation à des expositions, colloques, programmes de numérisation, événements professionnels internationaux constitue autant d’occasions d’échanges avec des institutions scientifiques et culturelles étrangères, débouchant en général sur une coopération de long terme. 

En interne, l’action internationale de la Bnu est pilotée par un comité ad hoc, mis en place au début de 2018 et placé sous la responsabilité de Christophe Didier.

Parallèlement, au niveau du site alsacien, s’est constitué en 2017 un groupe de travail réunissant les responsables Relations internationales des établissements associés à l’Université de Strasbourg. Il a pour but de mettre sur pied des actions de site communes et coordonnées, et impliquant tous les partenaires.

Délégué aux relations internationales : Christophe Didier.
Tous les mails se composent de la même manière, prénom.nom@bnu.fr

La Bnu est membre de plusieurs associations internationales : 

L’histoire et la nature même de la Bnu, bibliothèque franco-allemande dans son essence et principal réservoir de documentation allemande (en allemand ou sur les pays germaniques) en France, font de celle-ci la porte naturelle de la France vers l’Allemagne et au-delà, vers les autres pays germaniques et l’Europe centrale. L’aire culturelle germanique est un axe important dans le cadre de CollEx-PERSEE et constitue pour la Bnu un des domaines labellisés au sein de ce dispositif.

La Bnu est ainsi, depuis 1992, membre de la section des bibliothèques de la Confédération européennes des universités du Rhin supérieur (EUCOR), avec la Badische Landesbibliothek de Karlsruhe et les bibliothèques universitaires de Karlsruhe, Fribourg-en-Brisgau, Bâle, Strasbourg et Mulhouse. Les objectifs de ce réseau s’inscrivent désormais dans le cadre du nouveau GECT (Groupement européen de coopération territoriale) EUCOR – Le campus européen. 
Une relation privilégiée s’est nouée avec la Württembergische Landesbibliothek de Stuttgart (WLB - Bibliothèque régionale du Wurtemberg), avec laquelle une convention a été signée le 12 novembre 2008, soulignant la volonté des deux établissements de coopérer activement pour le partage de l'information professionnelle, la concertation en matière d'action culturelle, la réalisation d’événements culturels et de projets scientifiques communs. 
En 2013, la revue WLB Forum salue dix années de partenariat actif dans un article de Birgit Oberhausen et Christophe Didier : Grenzüberschreitende Bibliotheksarbeit. Die Bibliothekspartnerschaft zwischen der Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg und der Württembergischen Landesbibliothek.
La BNU travaille par ailleurs en étroit partenariat avec les représentations diplomatiques et consulaires présentes à Strasbourg. En partenariat avec le Consulat général d’Allemagne, et avec le soutien financier du ministère allemand des Affaires étrangères, elle propose par exemple, depuis 2001, le service de l’Actualité du livre allemand
 

La Bnu est tournée vers les pays d'Europe centrale et orientale, lieux traditionnels de contacts avec l’aire culturelle germanique, et vers la Russie, retrouvant ainsi des liens historiques qui trouvent leurs origines dans la reconstruction de ses fonds à partir de 1871. 

L’Europe centrale et orientale est un axe important du nouveau dispositif CollEx, au sein duquel la Bnu a obtenu un label d’excellence sur les questions européennes, privilégiant deux sous-axes : l’Europe du Nord (incluant les pays de l’espace baltique), et l’Europe médiane.
Parallèlement, les premières pistes d’actions communes, à partir de 2019, du groupe de travail réunissant les responsables Relations internationales des établissements associés à l’Université de Strasbourg, s’orientent vers l’Europe centrale et orientale (plus particulièrement vers la Pologne et la Roumanie). 
Autre axe important pour la Bnu : le partenariat avec la bibliothèque de l’Académie hongroise des sciences (MTAK), Une convention a été signée en 2015, qui prévoit échanges de publications et de fichiers numériques, coopération scientifique, échanges d’information et de savoir-faire et mise en place de projets culturels.
Enfin, plusieurs projets de collaboration avec la Russie ont vu le jour ces dernières années ; une convention de coopération professionnelle, scientifique et culturelle a été signée le 1er juin 2013 entre la Bnu et le Système de Bibliothèque Centralisée de la ville de Gandja en Azerbaïdjan, et le dernier partenariat en date unit la Bnu à la Bibliothèque nationale du Kosovo, institution avec laquelle une convention a été signée en octobre 2019. 
 

La Bnu a signé le 22 décembre 2011 une convention de partenariat avec la Bibliothèque nationale de Lettonie (LNB - Latvijas Nacionala Biblioteka).

Entrée dans l’Europe en 2004, la Lettonie a connu récemment un calendrier politique et culturel intense. C’est dans ce contexte qu’a rouvert en août 2014 la nouvelle bibliothèque nationale de Lettonie, dont l’architecture ambitieuse constitue une vitrine pour le pays. Au-delà de sa fonction de bibliothèque, ce bâtiment a accueilli de nombreux événements culturels en 2014 ainsi que le Conseil de l’Union en 2015.
De par leurs collections, leur histoire, leur attachement européen et leurs projets architecturaux, la LNB et la Bnu avaient beaucoup de points communs susceptibles de poser les bases d’une collaboration fructueuse. Les projets en cours sont de divers ordres : échanges de pratiques et d’informations professionnelles, réalisation d’événements pour favoriser la connaissance réciproque des pays, cultures et collections des deux bibliothèques et collaboration scientifique.