LE PATRIMOINE ANTIQUE ET ARCHÉOLOGIQUE

Patrimoine / Collections patrimoniales
Publié le

Préservant l’une des principales collections d’objets et documents de l’Antiquité en France, la bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg a été labellisée Pôle d’excellence en sciences de l’Antiquité par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche en 2017.

Riche au total de près de 12 000 pièces, cette collection a été constituée entre 1890 et la Première Guerre mondiale, sous l’instigation de l’institut d’égyptologie de l’Université impériale de Strasbourg, d’une part, et grâce à l’action de Julius Euting, orientaliste et directeur de la bibliothèque entre 1900 et 1909, d’autre part. 

Bien que ne s’accroissant que de manière rarissime par des dons faits à la bibliothèque, elle constitue jusqu’à aujourd’hui le matériau pour des recherches scientifiques de niveau international, seule une partie des pièces ayant déjà été éditée ou analysée.
 

Les principaux ensembles de cette collection sont les suivants :

  • Papyrus : 5200 pièces, représentatives de tous les systèmes d’écriture jusqu’aux langues latine et arabe. Parmi cette collection en grande partie inédite, figurent un certain nombre de textes majeurs, parmi lesquels l’un des plus anciens textes de fiction (le Papyrus Spiegelberg) et des témoignages directs de textes d’auteurs antiques (notamment l’Empédocle de Strasbourg). 

  • Ostracas : 4958 pièces, écrits à l’encre sur des fragments de terre cuite ou séchée, en diverses écritures et langues (démotique, grec, copte, hiératique, arabe, araméen). Très fragiles, elles permettent en particulier d’entrer dans la vie quotidienne en Egypte entre le premier millénaire avant notre ère jusqu’au 7e siècle de celui-ci. L’une des pièces remarquable est ainsi la plus ancienne version écrite conservée de la prière « Je vous salue Marie », en langue grecque du 6e siècle.

  • Tablettes cunéiformes : avec 487 exemplaires, la BNU conserve la plus importante collection française de tablettes cunéiformes issues de l’Antiquité mésopotamienne (3e-1er millénaires avant J.C.). Elle a été numérisée dans le cadre du projet international Cuneiform Digital Library, et est aujourd’hui consultable en ligne.

  • Objets archéologiques : les quelques centaines d’objets archéologiques divers, des statuettes égyptiennes aux faux vases moabitiques, en passant par une momie de serpent dans son sarcophage ou encore un tuyau d’égout de Carthage, constituent un étonnant cabinet de curiosités.

En parallèle de ces objets de l’Antiquité, la Bnu conserve plusieurs fonds documentaires et d’archives de chercheurs, scientifiques, archéologues et voyageurs, qui sont eux-aussi des matériaux de recherche. Parmi les plus significatifs figurent la bibliothèque et les archives de l’égyptologue Etienne Drioton, et les fonds Haller von Hallerstein et Michaelis documentant les débuts de l’archéologie comme une véritable science aux 18e et 19e siècles.

Le patrimoine antique et archéologique de la Bnu est à découvrir dans les réserves visitables.